Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet

Je m'abonne

Les News de l'assurance prêt

Entrez dans notre cercle Google plusDevenez fan dans notre FacebookSuivez-nous sur TwitterAbonnez-vous  notre Flux RSS

La Fnaim mise sur une baisse de 3 à 3,5% des prix immobiliers en 2013

Retrouvez dans ce billet une actu proposée par  « 100% immobilier entre particuliers » dans le cadre de notre programme d’échanges d’informations.

Une diminution des prix immobiliers plus modérée que prévue

La Fnaim prévoit un recul des prix dans l’immobilier ancien pour l’année prochaine. Il l’estime de 3 à 3,5%, au vu des mesures de la Loi et Finances 2013.

Pour l’année en cours, le syndicat des agences immobilières avait misé sur une baisse de 5%. Une intuition qui s’avère erronée : les statistiques montrent une diminution des prix plus modérée, qui s’élève à 1,1% entre janvier et septembre 2012.

Des inégalités selon les territoires et les types de biens immobiliers

Les prix des biens n’ont pas chuté de la même manière selon leur nature durant ce troisième trimestre 2012 souligne la Fnaim.  Celui des maisons (- 1,3%) a presque diminué de moitié par rapport à celui des appartements (- 0,7 %).

La tendance varie aussi beaucoup entre la province et la capitale. Le recul est plus marqué en Île-de-France (- 1,1%) qu’en région  (-0,4%).

Pourquoi les prix des logements baissent-ils ?

La diminution du nombre d’acheteurs explique le recul des prix immobiliers. La suppression du PTZ+ pour les bâtiments anciens a diminué le nombre de primo-accédants, tandis que les exigences pour obtenir un prêt sont plus hautes. La montée du chômage inquiète aussi les acquéreurs potentiels, qui hésitent à passer à l’acte. De l’autre côté, certains vendeurs rechignent à revoir leurs prix à la baisse ce qui paralyse le marché immobilier.

Le nombre de ventes diminue donc, avec environ 687’000 transactions en 2012, contre 805’00 en 2011 selon Jean-François Buet, président de la Fnaim.

Même si les prix ont très légèrement reculé cette année, ils se trouvent actuellement au même niveau qu’en 2007, avant la crise. Par rapport à 2000, le coût du mètre carré a doublé. Il n’y a donc pas de quoi réjouir les foyers aux revenus moyens rêvant d’accéder à la propriété.

Si cet article vous a plu? Vous avez une question ? Alors n'hésitez pas à poster un commentaire ou à vous abonner au flux RSS pour recevoir les prochains articles sur votre lecteur de news.
Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet Simulation Gratuite et Sans Engagement pour votre projet