Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet

Je m'abonne

Les News de l'assurance prêt

Entrez dans notre cercle Google plusDevenez fan dans notre FacebookSuivez-nous sur TwitterAbonnez-vous  notre Flux RSS

Verser un pot-de-vin pour trouver plus vite un logement ?

L’offre de logement dans Paris est largement inférieure à la demande. Des enquêtes ont montré que des agents immobiliers profitent de la situation pour soutirer de l’argent à leurs clients. De l’autre côté, les demandeurs, pour accélérer leur démarche, essaient de soudoyer les professionnels.

Du bakchich sur le marché locatif

Rechercher un logement dans la capitale parisienne relève d’un parcours du combattant. Ce déficit chronique du marché locatif parisien laisse un grand nombre de dossiers de demande de logement sans réponse. Bernard Lacharme, Président du Haut Comité pour le logement des personnes défavorisées, estime qu’une vingtaine de dossiers est enregistrée pour un seul patrimoine proposé en location. Certains agents immobiliers, profitant de la situation, n’hésitent pas à demander un petit supplément à des clients pour que leur dossier soit privilégié. Dans la plupart des cas, le geste vient du locataire lui-même, las d’entreprendre des démarches infructueuses de recherche d’appartement.

Aucun recours possible

Les professionnels du secteur reconnaissent que la corruption est devenue la triste réalité et que le phénomène a tendance à prendre de l’ampleur, notamment dans la capitale parisienne. Toutes les personnes impliquées dans ces démarches illicites doivent prendre conscience qu’ils sont dans l’illégalité. De plus, le fait de soudoyer le professionnel d’une agence immobilière ne garantit pas l’obtention d’une réponse favorable. Or, la somme n’est pas remboursable et aucun recours n’est possible. Ces versements, qui peuvent atteindre des centaines d’euros, selon Le Parisien, ne laissent jamais de trace.

Augmentation des frais d’agence

Certaines sociétés, ne voulant pas verser directement dans cette pratique illicite, optent pour une autre stratégie. Le but étant toujours de profiter de cette insuffisance d’offre sur le marché du logement. Le CLVC, une association regroupant des consommateurs, dénonce que des entreprises pratiquent des abus en gonflant illicitement les frais d’agence. Il est indiqué que certains professionnels prélèvent entre 40 et 100 euros pour les frais d’états des lieux d’un logement à l’entrée ou à la sortie. D’autres demandent une vingtaine d’euros pour la relance en cas d’impayés, tandis les frais de clôture d’un bail peuvent occasionner une dépense allant jusqu’à 60 euros.

Si cet article vous a plu? Vous avez une question ? Alors n'hésitez pas à poster un commentaire ou à vous abonner au flux RSS pour recevoir les prochains articles sur votre lecteur de news.
Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet Simulation Gratuite et Sans Engagement pour votre projet