Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet

Je m'abonne

Les News de l'assurance prêt

Entrez dans notre cercle Google plusDevenez fan dans notre FacebookSuivez-nous sur TwitterAbonnez-vous  notre Flux RSS

La solvabilité des emprunteurs bientôt jugée via les réseaux sociaux ?

Facebook pourrait jouer un rôle crucial dans l’évaluation d’un emprunteur à partir des données liées à son cercle d’amis. Cette éventualité soulève de nombreuses questions.

Évaluer un emprunteur selon son cercle d’amis

Facebook, comme les autres acteurs du web, ne se cache pas de collecter des données personnelles de ses utilisateurs. Le réseau social numéro un dans le monde participe en ce sens au développement du Big Data, dont les applications s’étendent dans plusieurs domaines comme la sociologie, le marketing et la publicité. Dans les années à venir, il faudrait peut-être ajouter le banking en ligne à ces domaines d’application du Big Data développé par Facebook. La plateforme créée par Mark Zuckerberg a déposé en août 2015 un brevet prévoyant l’utilisation des données utilisateurs comme critères d’analyse de leur solvabilité. Selon les termes du brevet, la technologie en question vise à simplifier le processus de sélection par les banques des candidats à l’emprunt. Le système permettrait alors à la banque d’étudier « les notes de crédit » des amis Facebook d’un emprunteur. Si les notes en question atteignent un minimum fixé par Facebook, l’établissement de crédit peut poursuivre l’étude de dossier. Dans le cas contraire, la demande est immédiatement rejetée. Sur quels critères le site évalue-t-il les « notes de crédit » de l’entourage Facebook de l’emprunteur ? Le brevet ne donne pas de plus amples détails sur cette question.

Une innovation qui fait débat… en France

réseaux sociaux

Selon les observateurs, le brevet déposé par Facebook porterait sur une technologie au fonctionnement comparable à un système déjà exploité par des start-ups américaines œuvrant dans l’exploitation des « datas ». La firme Lenddo dispose, par exemple, d’un dispositif qui analyse la crédibilité d’un emprunteur en fonction des historiques financiers de ses amis sur les réseaux sociaux. La logique de l’enseigne se veut simple : un individu a de plus grandes chances d’être en défaut de paiement s’il est entouré de plusieurs personnes ayant déjà failli dans le paiement de leurs dettes ou s’il communique régulièrement avec ce type d’emprunteurs. D’autres entreprises, comme Earnest, récoltent les données de paiements de factures, l’orthographe et les habitudes d’achats en ligne d’un candidat à l’emprunt pour en juger la solvabilité. L’activité de ces start-ups est limitée, pour le moment, aux États-Unis. Les analystes croient donc peu à l’importation en France de ces procédés d’évaluation, de même que ceux imaginés par Facebook dans son nouveau brevet, eu égard à la fermeté de la CNIL sur les questions liées à la protection et l’utilisation de données personnelles.

Si cet article vous a plu? Vous avez une question ? Alors n'hésitez pas à poster un commentaire ou à vous abonner au flux RSS pour recevoir les prochains articles sur votre lecteur de news.
Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet Simulation Gratuite et Sans Engagement pour votre projet