Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet

Je m'abonne

Les News de l'assurance prêt

Entrez dans notre cercle Google plusDevenez fan dans notre FacebookSuivez-nous sur TwitterAbonnez-vous  notre Flux RSS

L’assurance de crédit et les jeunes futurs propriétaires

Durant l’année 2015, 1 jeune sur 4 âgé entre 18 et 35 ans, prévoyait l’achat d’une résidence principale pour profiter du taux plancher. Malheureusement, rares sont ceux qui connaissent le véritable mécanisme du contrat d’assurance. Ces novices ne savent pas que la souscription à un crédit immobilier ne se décide pas du jour au lendemain.

Des jeunes mal renseignés

Actuellement, à cause des crises répétitives, la majorité des banques n’octroient pas de prêt sans couverture. L’adhésion à une assurance emprunteur est donc systématique même si aucune loi ne l’impose. Or, les jeunes d’aujourd’hui semblent ignorer cette condition plus ou moins obligatoire. D’après les enquêtes, 30% d’entre eux ont affirmé que cette garantie est plutôt facultative. Ceci prouve que le système de crédit est mal connu par les jeunes primoaccédants. A part cela, les études ont montré que près de 70% de ces futurs propriétaires sous-évaluent le coût du contrat d’assurance. En prenant la base de 150.000 euros sur 20 ans, 21% des jeunes enquêtés sont loin du compte. Ils pensent que le tarif de couverture se situe seulement au dessous de 1.500 euros. Seuls 22% parmi eux étaient proches de la bonne fourchette (entre 5.000 et 10.000 euros). En effet, avec un emprunt de 150.000 euros, l’assurance de prêt passe de 5.520 à 12.600 euros, selon le profil, l’âge et la profession de l’emprunteur. Là encore, les jeunes sont loin de connaître la réalité des choses. Par ailleurs, la loi Lagarde 2010 est un dispositif largement méconnu pour la plupart (82%). Même ceux qui connaissent cette réglementation n’arrivent pas à en comprendre le mécanisme. En gros, l’assurance de prêt est un domaine mal maîtrisé par les jeunes emprunteurs. Cependant, cet engagement conséquent peut peser lourdement sur leur plan de financement.

Ce qu’ils doivent savoir

En principe, les jeunes primoaccédants bénéficient d’un profil jugé moins risqué par les compagnies d’assurance. Dans leur cas, l’adhésion à l’assurance groupe de la banque prêteuse qui ne tient pas compte du critère de l’âge est alors moins intéressante. En faisant jouer la concurrence, ils peuvent obtenir un contrat très avantageux et à bas prix. Est-ce légal? Selon la loi Lagarde, tout emprunteur a le droit de refuser l’offre d’« assurance maison » des établissements prêteurs. Cela signifie que la couverture du prêt peut être assurée par une compagnie autre que celle de la banque. Seulement, l’équivalence de garantie doit être respectée. En d’autres termes, la banque ne peut pas s’opposer à la délégation d’assurance tant que le degré de couverture proposée par l’assureur est au moins équivalent à celui qu’elle offre à ses clients. Plus encore, d’après la loi Hammon, le changement d’assureur est libre durant la première année d’octroi de crédit. Au-delà, la délégation d’assurance est seulement réalisable à chaque date d’anniversaire du contrat de prêt.

Si cet article vous a plu? Vous avez une question ? Alors n'hésitez pas à poster un commentaire ou à vous abonner au flux RSS pour recevoir les prochains articles sur votre lecteur de news.
Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet Simulation Gratuite et Sans Engagement pour votre projet